Malaisie - Bornéo

Une promo Air Asia depuis Paris et nous voilà sur la partie Malaise de Bornéo
Août 2011
20 jours
1
10
août

6h45 : Nous voilà partis après un réveil en catastrophe, pas vraiment réveillés.

7h30 : Alors que nous sommes déjà en route pour l'aéroport, Air Asia nous annonce par mail que l'avion aura 2 h de retard. On ne saura pas pourquoi et ça compromet d'ores et déjà notre correspondance de Kuala Lumpur à Kuching. Le check in s'effectue quant à lui sans modification d'horaire et Air Asia s'efforce de faire passer la pilule en nous offrant le petit déjeuner chez Paul.

Le voyage se déroule sans encombre (à bord d'un Airbus A330), et je dois dire que je n'ai jamais mangé un aussi bon "repas" dans un avion. Comme il s'agit d'un vol low coast, pas d'entrée, pas de dessert et les deux plats servis pendant les 12h40 de vol sont riquiqui, mais au moins ils sont délicieux.

A Kuala Lumpur, nous avons la chance de récupérer nos valises très rapidement ce qui nous permet d'embarquer immédiatement sur le vol prévu à 9h45 (heure locale) le vendredi. Nous passons vraiment au dernier moment : le check in clôturant à 9h, nous serons les derniers à passer, les suivants se retrouvant face à un panneau "closed" dès 9h02 exactement.

Nous croisons quelques français dépités dans (presque) le même cas que nous : ils devront attendre l'après midi pour décoller, les vols suivants étant complets. A deux minutes près nous aurions subi le même sort. Merci Charlène d'avoir bien voulu courir dans les couloirs malgré la fatigue et le peu de sommeil...

Vol très rapide de 1H45 sur Airbus A320

Arrivée à Kuching sous le soleil, quelques nuages et une chaleur plus qu'appréciable après ces jours de froid et de pluie. Par contre, qui a parlé d'humidité ?!!!!! Ici on ne ressent qu'une chaleur plutôt sèche, je trouve.

A peine débarqué du taxi une belle surprise nous attend : notre chambre est au 23eme et dernier étage. L'hôtel Pullman est plus que sympa. Lit king size, immense salle de bain, piscine, salle de sport, SPA. On sera bien ici.

Vue depuis la chambre de l'hôtel 

A peine fait le tour de la chambre, hop direction la piscine et ses transats, ses lits à baldaquins... :-) On a sommeil, je suis à deux doigts de m'endormir sur la banquette, mais je résiste. Il faut apprivoiser le jet-lag le plus tôt possible.

Il est 18H. La nuit va bientôt tomber et nous décidons d'aller flâner le long du fleuve et essayer de dénicher un resto sympa et rapide car nous mourront de faim.... et avons sommeil.

Tout compte fait Charlène est fatiguée, ne veut de rien. Elle accepte le Mac Do et nous ne retrouvons à déguster tranquillement nos burgers assis le long du fleuve Sungai Sarawak, face au bâtiment de l'Assemblée de l'Etat et du Fort Margherita, tout illuminés.

L'allée qui borde le fleuve est sympa la nuit. Il y a des tas de petits resto de toutes sortes : indiens, malais, japonais, chinois, ..... Nous y retournerons.

11
août

Première vraie journée de vacances. :-)

Après une longue nuit réparatrice nous avons décidé d'y aller doucement le premier jour et de nous consacrer à la plus grande ville touristiqe de Bornéo, Kuching.

Le petit déjeuner de la classe VIP du Pullman est à tomber par terre. La vue depuis le 22eme étage qui nous est réservé est superbe et nous petit-déjeunons en contemplant la ville qui est encore sous les nuages à 10h du matin. Grâce à la cilm, on a l'impression que le beau temps n'est pas au rendez-vous aujourd'hui. 1h plus tard, la chaleur étouffante qui nous saisira à la sortie de l'hôtel nous fera apprécier la fraîcheur des clims, que l'on recherchera tout au long de notre ballade du jour.

Comme d'habitude lorsqu'elle est à l'étranger, Charlène se tape un petit déjeuner continental avec omelette "sans bacon" et divers petits gâteaux. Après un café et quelques viennoiseries, je n'ai plus faim mais la gourmandise est plus forte. J'avais repéré du poulet grillé avec leur super sauce épicée (il faut absolument que je retrouve le nom de ce plat) et des nouilles agrémentées de divers légumes et me voilà servie. Je me dis que, tant pis, je ne mangerai pas le midi. Demain, promis, je ferai une photo du buffet.

Nous nous sommes promenés environ 4-5 heures dans la ville qui est magnifique. Nous avons parcouru les rues, les échoppes, les temples (chinois et indiens), les petits passages avec leurs échoppes où l'on peut sentir l'odeur des épices. Tout est coloré. Kuching est vraiment une ville agréable, mignonne et très animée en journée.

Avec la chaleur, nous n'avons pas vraiment eu faim mais nous nous sommes arrêtés à plusieurs reprises, surtout pour nous désaltérer mais aussi pour ce qui devait être un grignotage au début mais qui c'est terminé par un vrai repas au vu des tarifs pratiqués. 1,50 euro le plat de poulet au poivre noir du Sarawak accompagné du riz.... et bien on hésite pas.

Nous sommes revenus à 16h30. Après un petit détour pour tester le fauteuil de massage découvert hier soir (bof, moyen, mais après tout c'est sensé masser et non pas bercer), nous voici repartis à la piscine.Je bronze en écoutant la musique et soudain j'entends Charlène hurler "Maman..... y'a un énorme jacuzzi" !!!!!Effectivement, il est immense ;-) J'en oublie la salle de sport. J'irai visiter demain soir !

Ce soir, nous sommes allés manger sur les bords du fleuve dans un charmant resto ouvert aux quatre vents, ventilo au plafonds et tout en bois. Une fois de plus, un délicieux plat épicé, à base de poissons. Charlène prendra des fishs & chips. A 20h, il faisait 32°C !

12
août

La journée s'annonce maussade. Il a plu cette nuit et au réveil la baie vitrée de l'hôtel laisse apparaître un ciel peu engageant.

Il faut dire qu'il est tôt (7h30) car nous pensions aller visiter le Semenggoh Wildlife Rehabilitation Centre pour aller voir les orangs-outangs de Bornéo à 24 km de Kuching.

Et bien, les grands singes roux, ce sera pour demain, si tout va bien. Charlène est malade et a vomi. La chaleur ? un aliment mal digéré ? le Malarone ?

On reste donc à l'hôtel en attendant que ça passe. Puisqu'elle semble être fiévreuse un p'tit coup de paracétamol et hop, au lit !

Entre temps le ciel s'est dégagé et le soleil commence à faire son apparition. Il était temps il est 10h48. Charlène me dit "je suis en pleine forme maman, on y va ?"

Nous sautons dans un taxi aux alentours de 12h30 et prenons la direction du la péninsule de Santubong. J'avais repéré sur le Lonely Planet un petit sentier de 2 km au pied du Gunung Santubong. La chaleur était supportable malgré l'humidité et nous avons pu enfin nous promener dans la jungle aux sons d'oiseaux jamais entrevus mais beaucoup entendus.

Nous avons grimpé, puis descendu ce petit sentier jonché de racines entremêlées au sol en traversant des petits ponts de bois, des ponts suspendus, en rencontrant des cascades et même une petite mare ou volaient plusieurs libellules. Nous avons également croisé des colonies de fourmis étranges au ventre doré. Les plus grosses atteignaient 1,5 à 2 cm et Charlène hurlait chaque fois qu'elle croisait un de ces spécimens.

Malgré la fatigue elle aura tenu 2 km sur ce sentier plus qu'escarpé, le Gunung Santubong mesurant tout de même 910 mètres.

Au terme du supplice, la plage de Damai avec ses complexes hôteliers. Nous avions nos maillots et avons pu nous baigner. Une vrai soupe. L'endroit est plaisant malgré son côté touristique, son eau pas très claire et son sable qui laisse très rapidement place aux cailloux. Mais se baigner dans la mer de Chine dans une eau avoisinant les 30 °C, ce n'est que du bonheur....

Nous remarquons aussi la présence de trois européennes en vacances avec des gigolos "loués" sur place. Assez drôle...

Au retour, nous optons pour l'option taxi. Le shuttle du Damai Beah Resort nous obligeait à patienter une heure de plus et nos estomacs vides depuis ce matin, et depuis hier soir pour Charlène, criaient famine.

C'est donc à 18h45 que nous sommes allés nous restaurer, au buffet de l'hôtel. Spécialités malaisiennes à volonté pour 200 RM pour 3 (soit 50 €), ce qui est très cher pour le pays mais qui laisse supposer la qualité et la quantité de plats proposés. Miam !

13
août

Le centre de réhabilitation de la faune de Semenggog permet l'observations des orangs-outangs de Bornéo. Semenggoh se trouve à 24 km de Kuching et l'observation n'est pas garantie, puisque les singes peuvent aller et venir à leur guise, même si ceux là ne seront jamais réintroduits dans la nature.

Une séance "nourrissage" est prévue chaque jour à 9h et 15h, ce qui permet d'avoir plus de chance de les apercevoir. Nous arrivons bien en retard et commençons notre visite par le camps en lui même où nous pouvons voir des crocodiles dans des cages. Aucune explication, le site semble désert à cet endroit.

Nous nous rendons sur le "chemin des orangs-outans" si l'on peut dire et malgré l'heure tardive nous avons la chance de pouvoir en voir deux en ballade, dont une maman avec son bébé. Je n'ai hélas pas eu le temps de photographier ces deux-là.

5 minutes tout au plus et bye bye orangs-outans... ils ne reviendront pas !

Je suis étonnée de voir des agents du parcs bloquer les entrées des trails que nous avions prévu d'emprunter avec des panneaux assez proches de ceux que l'on peut voir sur les scènes de crime de films américain (avec la mention "closed" écrite à la main).

Nous pensions cheminer allègrement au milieu de toute cette faune. Un guide présent sur place nous explique que les attaques d'orangs-outans sont fréquentes et dangereuses et que pour cette raison, les touristes n'ont plus le droit de se promener seuls dans cette partie du Centre. Il explique qu'il s'est lui même fait mordre par un orang-outan au Sepilok et montre ses points de suture.

Un panneau explicatif à l'entrée du Centre montre d'ailleurs le type de blessures que ce genre d'animal peut causer et je me dis que la chirurgie esthétique aura bien du mal à rattraper le travail d'un orang-outan.

Nous avons également la chance d'apercevoir ce qu'un guide appellera "serpent corail" et un autre guide "vipère". Il s'agit d'un tout petit serpent d'environ 40 à 60 cm tout enroulé sur lui même et en mimétisme complet avec son milieu. Tout comme la feuille sur laquelle il était posé, il était de couleur vert pomme brillant. "Moche" dit Charlène ! Moi je le trouvait superbe.

Puis soudain, apparaît un raton laveur qui sautait, tel un écureuil, de branches en branches. "Trop mimi" dit Charlène ! Moi je le trouvais Bof. Il ressemble aux écureuils de mon jardin que je vois presque tous les jours.

Nous sommes ensuite rentrés à Kuching et sommes allées faire les boutiques entre filles pendant au moins 2 heures. Rien de vraiment intéressant mais nous avons acheté de quoi manger et j'ai acheté du poivre du Sarawak, la région de Bornéo où nous séjournons.

Nous avons passé l'après-midi à la piscine de l'hôtel, moi à bronzer et Charlène à perfectionner ses plongeons. Nous quittons Kuching demain à destination du Gunung Mulu et préférons être en forme pour la longue journée de demain.

14
août

Nous quittons tranquillement Kuching et le confort de notre hôtel pour prendre l'avion à destination de Mulu, au cœur du parc national du Gunung Mulu.

Le départ, initialement prévu à 11h15 avait été avancé à 10h20 et c'est une fois de plus à la dernière minutes que nous avons embarqué à bord de l'ATR 72. Je pousse un ouf de soulagement ; bien qu'à hélices ce n'est pas un petit coucou puisqu'il y a quand même 68 places et depuis Kuching le pilote ne volera pas à vue. Me voici rassurée.

Le voyage dure à peine 2h et nous survolons la jungle, la montagne, la jungle, des gorges, la jungle, rien que la jungle et au milieu coule une rivière... Il s'agit en réalité de plusieurs rivières appelées "Sangai". La vue à l'arrivée est époustouflante. J'aime cette phrase du Lonely Planet. Le Gunung Mulu comprend des sites saisissants, qu'il s'agisse des cavernes humides s'ouvrant sur un monde souterrain mystérieux ou d'épais rubans de forêt tropicale serpentant dans un paysage dentelé qui évoquent un Jurassic Park inexploré".

A l'arrivée le bus, si l'on peut qualifier cet engin de bus, nous conduit à notre hôtel, le Royal Mulu Resort, petit oasis de vie construit tout en bois, niché près d'une rivière, cerné de promontoires calcaires et semblant complètement perdu au cœur de la nature. L'hôtel dispose tout de même d'une piscine et d'un SPA, mais pas d'internet. Enfin disons plutôt qu'une connexion internet existe mais elle est uniquement satellitaire ! Consternation (et c'est un euphémisme) car le prix est prohibitif. Pour cette raison, seul les commentaires du jour seront publiés. Les photos seront chargées lorsque nous aurons récupéré une connexion internet digne de ce nom.

Nous déposons nos affaires dans la chambres, allons faire un tour au stand de l'hôtel afin de regarder les tarifs pratiqués par leurs guides et après en avoir pris connaissance nous fuyons à l'entrée du Parc National afin de réserver au plus tôt les excursions qui nécessitent d'être effectuées avec un guide. Nous avons la chance de rester 3 jours entiers sur le site ce qui nous permet de réserver dès aujourd'hui la visite des 4 grottes habituelles ainsi que la nouvelle grotte récemment ouverte au public. Régis ira faire un tour sur le Mulu Canopy Skywalk, tandis que Charlène (trop petite pour une passerelle de 40 m de haut) et moi iront visiter l'unique grotte que l'on peut visiter sans guide. 3 km AR et 428 marches à monter pour accéder à une grottes que nous explorerons à la lampe torche. J'espère que nous serons seule. Il y a peu de touristes à Mulu, l'escale n'étant pas donnée dans la mesure où il n'y a pas de route.

Une fois nos réservations faites, nous retournons à l'hôtel et profitons de la fin de l'après midi pour barboter au bord de la piscine. La pluie commence à tomber, il fait chaud, très chaud.... nous restons à l'abri des parasols et la journée se terminera avec des alternances de pluie épaisse et de soleil. Contrairement à Kuching, l'humidité est omniprésente.

Puisque nous sommes perdus au milieu de nulle part nous dînons au resto de l'hôtel qui propose un buffet de spécialités asiatiques. Le choix est vaste. Le principe du buffet est pratique.

A la fin du repas nous avons droit à un ridicule spectacle de danse avec au générique, le personnel de l'hôtel, la réceptionniste que j'ai reconnue, et peut-être même les femmes de ménage. Ce qui était sensé représenter des danses typiquement malaises c'est transformé en un ridicule ballet pour touristes lorsqu'on paru sur scène trois hommes à moitié nus sous leur pagne et leur cape en fourrure de panthère tigrée. D'ailleurs, on se demande s'il existe même des panthères tigrées en Malaisie. Des noires oui, mais les tigrées ? Il faudra vérifier.

Bon, désolée les filles, contrairement aux femmes asiatiques avides de paires de fesses, j'ai longuement hésité à les prendre en photo. Et puis très franchement je n'ai pas osé. La seule photo prise sera de l'ensemble de la troupe avec Charlène au milieu, car, elle, évidemment a adoré le show.

Nous nous couchons tôt car demain RDV à 9h du matin à l'entrée du Parc.

15
août

Comme prévu nous nous sommes levés de bonne heure car nous avions rendez vous avec notre guide, Harrison (but not Ford) afin de visiter les deux grottes qui se visitent le matin, à savoir Cave of the Winds et Clearwater Cave.

Le trajet s'est effectué par bateau à l'aller comme au retour, ce qui nous a permis de les visiter tranquillement sans trop se fatiguer sachant que l'après-midi nous devrons marcher pendant plusieurs kilomètres. Le bateau fait halte sur une berge de la rivière Batu Bungan où les habitants vendent quelques babioles aux touristes de passage. Passage obligé, mais personne ne peut y échapper dans la mesure où la visite des grottes (sauf une) est interdite sans guide.

Nous jetons un œil rapide aux breloques made in Bornéo (?) et en profitons pour regarder à quoi ressemble ces fameux Kampung. Charlène est fascinée par les chiens car il y en a beaucoup ici. Nous restons environ 1/2 heure et remontons à bord de la pirogue à moteur pour rejoindre nos grottes. Il fait chaud et lourd, malgré la pluie d'hier. Il est possible de se baigner à Clearwater Cave, mais l'eau très froide rebute Charlène qui change d'avis et ne veut plus nager, et perso, je n'avais pas emmené de maillot de bain. Tant pis !

A peine rentrée de notre première excursion, direction le Mulu café pour manger un hot dog (Charlène) et du poisson grillé (pour moi) avant de repartir pour la seconde partie de notre journée.

L'excursion de l'après midi nous conduit à Deer Cave et Lang Cave. Notre guide, plus botaniste que géologue dans l'âme, s'arrête souvent pour nous montrer une multitude d'animaux. Par ordre d'apparition, nous avons vu des fourmis bruissantes (ou plutôt entendu en ce qui les concerne), des centripètes, un énorme phasme d'au moins 25 cm (beurk), des oiseaux, un ver luisant, des insectes indéfinis et répugnants de toutes couleurs, des chauves-souris, un escargot géant. Notre guide nous a également montré cet arbre toxique dont j'ignore le nom : une simple écorchure et nous voilà faisant un infarctus en moins de 10 secondes. Les chiens peuvent tenir 20 minutes... histoire de métabolisme nous explique-t-il. Lucky Them ! ;-)

Enfin, il nous a fait traverser la dernière grotte en serpentant entre les monticules de fiente de chauves-souris, le guano, dont l'odeur n'est pas aussi insupportable qu'on voudrait bien nous le faire croire.

A la tombée de la nuit nous sortions à peine de la grotte lorsque le "bat exodus" a commencé. Une fois de plus le timing était parfait. En effet, aux alentours de 18h, un peu avant la tombée de la nuit, les 3 millions de chauves-souris quittent la grotte en un flot ininterrompu pour aller se nourrir dans la jungle et se régaler des insectes qu'elles pourront trouver. C'est un spectacle magnifique dont je me souviendrai toute ma vie. Je prends des photos, des vidéos, puis je m'allonge sur le sol pour les contempler pendant au moins 15 minutes. Moment magique, le soir, au cœur de la jungle.

Les photos prises aujourd'hui ne reflètent pas l'émotion suscité par la visite de ses grottes et surtout de leur faune. En France, nous sommes habitués des formations calcaires mais peu de grottes permettent d’apercevoir et d'appréhender la faune souterraine, ou très peu (même si elle est complètement différente de celle qui hante les grottes de Bornéo). Donc, si nous étions un peu blasés par la beauté de Cave of Winds et de Clearwater Cave, nous avons par contre été bluffés par la richesse animale de Deer Cave.

Nous aurons marché 8 km aujourd'hui, de 9h du matin à 19h, sous une chaleur de..... on va dire 33-36°C. Charlène était toute pimpante mais s'est bien vite endormi. Pourvu que demain elle soit encore en excellente forme.

16
août

Réveil un peu plus tardif aujourd'hui. Régis a rendez-vous à 10h avec son guide pour accéder à la passerelle dans la canopée de Mulu (Mulu Canopy Skywalk). Charlène étant trop petite, pour des raisons de sécurité, elle ne peut y accéder. A priori rien d'extraordinaire.

Nous partons donc toutes les deux jusqu'à Moonmilk Cave, la seule grotte qui se visite sans guide, lampes torches en mains. Après une petite marche de 2 km nous arrivons au pied d'une envolée de marches qui nous conduit dans cette petite grotte non éclairée. Nous faisons connaissance avec un couple de Singapouriens avec qui nous partageons un en-cas et un moment de détente avant d'accéder à la grotte. Le long du chemin nous avons pu observer de nombreux insectes et de magnifiques papillons que l'on trouve partout dans le parc. Les insectes sont magnifiques et ici, ils sont immenses.

A l'intérieur de la grottes nous dérangeons à peine les chauves-souris pendues au plafond. Cependant trop de lumière pendant leur sommeil ou le brusque déclenchement d'un flash suffit à les faire fuir. Nous pouvons les observer à loisir, la lampe braquée sur eux, à peine à 50 cm de nous lorsqu'elles sont accrochées aux stalactites de la grotte. Cependant nos photos sont ratées. Pas facile de prendre des photos à la lumière d'une torche. Elles sont toutes floues.

Nous rentrons à 12h05. Nous étions parties à 9h20. Après le repas nous avions réservé la visite de Lagang Cave à 13h30, une grotte immense qui se visite dans le noir complet également, mais avec un guide, sur une distance de 1500 m. J'avais un peu peur que Charlène traîne des pieds après les 5 km de ce matin, mais elle a tenu les 3-4 km de l'après midi.

Nous sommes rentrées très tôt à l'hôtel pour profiter de la piscine et du soleil.

C'est d'ailleurs de cet endroit, sous un parasol que j'écris ce texte. Pas très pratique avec la réverbération du soleil et sans traitement de texte autre qu'un notepad quelconque made in Apple.

17
août

Notre dernier jour à Mulu.

Notre dernière journée dans le parc national du Gunung Mulu avait pour but de récupérer après l'effort des jours précédents en profitant de la piscine de l'hôtel. Nous avons donc pris tout notre temps et profité pleinement du petit déjeuner de l'hôtel.

Nous avions repéré une petite randonnée de 5h, le sentier des chutes de Paku où il est possible de se baigner. En réalité nous avons fait l'aller-retour en 3h30, pause comprise. Encore une fois, nous avons rencontré une multitudes d'insectes étranges et énormes. Une fois sur place, nous sommes un peu déçus: autant le sentier traversant la jungle était mignon, autant la cascade ne casse pas 3 pattes à un canard. Puisque nous sommes sur place et qu'il fait chaud, nous décidons de nous baigner mais l'eau est froide (ou bien alors il fait très très chaud dehors... ou bien les deux) et seule Charlène ose se baigner.

Une surprise agréable nous attend cependant. Alors que je suis au bord de la rivière, immobile et les pieds dans l'eau, les petits poissons qui nageaient dans l'eau se précipitent sur mes pieds et se mettent à me les mordiller. Enfin... mordiller est un bien grand mot. Heureusement que les poissons n'ont pas de dents.

Nous avons eu notre fish pédicure for free !!!! ;-)

Au retour nous décidons de tester le seul resto concurrent de Mulu Cafe. Prix à peine moins chers, qualité identique, pas de clim mais un cadre plus authentique. On aperçoit à travers la porte un père berçant son enfant dans un hamac en tirant sur une corde. Système astucieux mais éreintant pour les parents surtout avec une telle chaleur. Aujourd'hui la température a bien dû monter à 35-36 °C.

L'après-midi nous montons à 30 mètres du sol sur la "Tree Top Tower". Il est 14h et nous sommes seuls encore une fois à profiter de la ballade. Nous montons les marches de cette tour d'observation construite pour observer la faune environnante. Nous entendons une multitude de sons, de bruits. Ce sont pour la plupart des sons d'oiseaux. Mais nous n'en voyons aucun. Nous sommes pourtant bien cachés dans notre tour d'observation et nous ne faisons (presque) pas de bruit. Les seuls animaux vus d'en haut ne seront que les papillons. Dommage.

Nous rentrons donc à l'hôtel pour profiter de la piscine et se reposer un peu jusqu'au repas du soir.

18
août

Il est 10h le lundi lorsque nous arrivons au camp de base du célèbre Uncle Tan, un parc immense avec aire de jeux, table de ping pong, dortoirs, wc, douches et... buffet.Nous attendons le reste de la troupe qui est en train de visiter le Sepilok Centre version courte. Nous serons 18 à arriver ce jour là. Nous seront ensuite répartis par groupe de 6. Nous partagerons donc notre future pirogue avec des japonaises de Kyoto, une mère (Kim) avec sa fille de 10 ans, Sussumi, et leur cousine.

Nous prenons un minivan jusqu'aux abords de la rivière Kinabatangan. De là nous grimpons dans une pirogue pour 1h30 de trajet, avec un arrêt pour voir un petit crocodile (même pas le temps de le prendre en photo, snif). Le campement perdu au milieu de la jungle se situe aux abords de la rivière, en son milieu. Ici tout est rudimentaire sauf la nourriture que les chefs cuisinent sur place et qui est abondante. Nous dormons dans des huttes sur des matelas posés à même le sol et le seul luxe est d'avoir une moustiquaire. Charlène a adoré sa chambre de princesse.

Le camp est entièrement sur pilotis et l'on peut voir ici ou là des zones marécageuses sous nos huttes. Le camp dispose d'une grande cantine, d'un terrain de badminton et d'un terrain de foot où il y avait beaucoup d'animation.

Les toilettes se résument à quatre baraquements sur lesquels sont posés 4 WC sur lesquels ont doit déverser un seau d'eau après chaque passage. Même eau, même principe si on veut se doucher : le même seau sert aussi à ça. Mais nous étions prévenus : nous sommes ici dans un "Full Star Hôtel" comme ils disent, parce que du camp, on peut voir les étoiles. Nous ne les verrons pas car il a plu toutes les nuits, et il faisait très très chaud en journée.

Nous avons passé ces trois jours à visiter la jungle et à parcourir la rivière pour apercevoir les animaux qui la peuplent. Nous avons pu voir, dans le désordre :

  • Des Orang-Outan
  • Un Crocodile
  • Des macaques à profusion
  • Des singes nasiques
  • Des gibbons
  • Des King fisher
  • Des Lézards
  • Des Aigles pécheurs
  • Des Hornbills de toutes sortes
  • Des écureuils
  • Des civettes
  • Des serpents
  • Des écureuils pygmés
  • et .... des moustiques !!! Car nous sommes rentrés constellés de piqûres de moustiques.

L'anecdote la plus rigolote : le second jour, nous sommes en pirogue et soudain le guide aperçoit un orang-outan. Vite, il fonce sur la berge avec sa pirogue et nous demande de le suivre dans la jungle à pieds.

Nous sommes dans la rainforest, le sol est boueux car la nuit il pleut, donc nous nous déchaussons et essayons de rejoindre une terre un peu plus ferme afin d'observer l'animal de plus près. Nos pieds s'enfoncent dans la boue. Notre guide nous presse : les orangs-outans protègent leur territoire en jetant des branches sur ce qu'ils considèrent comme un envahisseur. Nous le vérifierons plus tard en effet : il cassait d'énormes branches de 5 mètres pour nous les jeter dessus en nous fixant.

C'est donc pieds nus que nous traversons environ 100m de jungle quasi inextricable. Au milieu du chemin, nous passons sous la bête et..... prout : nous recevons, Charlène et moi une pluie de caca d'orang-outang toute chaude et bien odorante. Sachant que nous ne doucherons pas avant demain soir, ça ne me fait rire que moyennement. Tout le monde prend Charlène et le caca du singe en photo et elle n'apprécie pas du tout.

Nous nous débarbouillons dans l'eau du fleuve qui, même si elle est de couleur marron, nous apporte une sensation de bien être car nous sommes crottées dans tous les sens du terme.

21
août

Encore une fois levé tôt, 5h30 avec un petit déjeuner à 6h00 et un taxi pour nous emmener à l'aéroport. Après un voyage de 50 mn et un transfert au port de Semporna en mini-van non embarquons sur le bateau "Kapalai Express" qui porte bien son nom. En effet il avance très vite et saute sur pratiquement toutes les vagues. Charlène est ravie "c'est Eurodisney" s'écrit telle.

Arrivés à notre île-hôtel, construit entièrement sur pilotis, perdu au milieu de nulle part en pleine mer des Célèbes sur un banc de sable, là tout s'enchaîne à la vitesse de l'éclair.

On prend le lunch au buffet de l'hôtel, au milieu de la salle à manger nous découvrons un espace dégagé sur la mer ou nous pouvons admirer les poissons (barracuda, tortue et plein de poissons multicolores) qui passent devant nous. Puis nous prenons possession de notre bungalow. Tout en bois avec une magnifique véranda donnant sur la mer. Aucun vis à vis, une baignoire avec vue sur la mer, le rêve éveillé.

Puis s'est parti pour ma première plongée sur le bord du Kapalai hôtel. Et la on découvre une eau très chaude avec une bonne visibilité et des poissons à ne plus savoir qu'en faire. De partout où se porte mon regard je vois des poissons multicolores.

Les paramètres de la première plongée sont les suivants :

Lieu : Kapalai

Profondeur Maxi : 21,4 m

Durée : 33 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : mérou, poisson lion (faut pas le toucher celui-là), poisson pierre

Et voilà pour ma première plongée, à la fin de la journée je viens voir le tableau des plongées pour le lendemain et première déception : je ne suis pas de la partie pour aller plonger sur le fameux spot de Sipadan.

Pour demain le programme c'est deux plongées sur l'ile de Simali et une plongée sur Mabul.

22
août

Et c'est reparti pour une journée de plongée, on rentre dans la routine petit-déjeuner, plongée, en-cas, plongée, déjeuner, plongée, repos (ou plongée, au choix), dîner, dodo.

Cette nuit vers 5h du matin une grosse tempête se lève. Beaucoup de pluie et de vents. Je crains que les plongées ne soient annulées. Mais ce qui est une grosse tempête pour moi et bien ce n'est pas grand chose pour les malais.

Les paramètres de la première plongée sont les suivants :

Lieu : Kapalai

Profondeur Maxi : 20,5 m

Durée : 48 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : nous partons dans une mer plus qu’agitée. La remontée sur le bateau s'annonce périlleuse. Nous avons vu des tortues et une seiche. Sous l'eau pas beaucoup de courant malgré le vent.

Les paramètres de la deuxième plongée sont les suivants :

Lieu : Kapalai

Profondeur Maxi : 14,1 m

Durée : 36 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : Band snake, un serpent blanc et noir non agressif, par contre s'il vous mord ..... ben vous êtes mal.

Retour à l'hotel pour le déjeuner et c'est partie pour la troisième plongée

Lieu : Mabul - Loabster wall

Profondeur Maxi : 18,7 m

Durée : 46 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : De loabster, point vu, nous n'avons vu que le mur. Mais nous avons croisés 4 tortues à quelque centimetres de nous. C'est magique. Une énorme seiche, une pieuvre, une murène et toujours une multitude poissons multicolores.

Et voilà la journée de plongée est finie, du repos et discussion avec les autres plongeurs sur nos impressions et ce qu'ils ont vu sur leurs différentes plongées

Et comble du bonheur demain je plonge sur Sipadan, il est très difficile de plonger sur ce site, en effet le nombre de personne par jour est limité pour ne pas trop abîmer le site. C'est le rêve de tout plongeur d'aller sur ce site .... donc mon rêve se réalise

23
août

Et voilà 5h du matin le réveil sonne, c'est parti pour une journée de plongée à Sipadan un des top 5 spot de plongée. Je vais bien voir si c'est exact.

30 mn après le départ on arrive sur Sipadan, et c'est partie pour la première plongée.

Lieu : Sipadan - Barracuda Point

Profondeur Maxi : 19,2 m

Durée : 46 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : D'abord pour ma première à Sipadan je fête ma 100eme plongée ... on peut difficilement faire mieux ! Sitôt la mise à l'eau une tortue nous attends à 5 m de profondeur et puis dans la foulée un énorme banc de barracuda, il y en a des milliers , ils obscurcissent le soleil. C'est vraiment impressionnant. Pendant toutes les plongées à Sipadan nous serons entourées d'une myriade de poisson il suffit d'ouvrir les yeux pour en voir. Puis des requins pointes noire et pointes blanches viennent tourner autour de nous, magnifique. Il est temps de remonter pour prendre le petit déjeuner et observer une pause de 1 heure avant la plongée suivante

Lieu : Sipadan - Shark Point

Profondeur Maxi : 28,2 m

Durée : 45 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : Pour commencer je dirais que c'est certainement une de mes plus belle plongée. Des la mise à l'eau on tombe sur une énorme banque de jack fish des milliers sont regroupés à quelque dizaine de centimètres de nous. Puis nous commençons à apercevoir des petits requins de corail et surgit face à nous à moins de 3 m, 6 énormes requins gris, ils font facilement 4 m de long, fascinant. Puis en poursuivant notre plongée nous voyons une tortue qui avance très lentement j'en profite pour nager avec elle sans la toucher bien évidemment, je lui tourne autour, c'est magique. Voilà c'est finit pour la 2eme plongée.

Lieu : Sipadan - Baracuda point

Profondeur Maxi : 16,7 m

Durée : 37 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : Comme la première plongée sur ce spot ne nous a pas suffit nous en faisons une autre et là nous allons passer 15 mn accroché dans le courant à admirer des requins pointes blanches, pointes noires et un requin gris. Puis sur la suite de notre plongée nous tombons sur un nouveau banc de barracuda qui nous laisse nous approcher à moins de 50 cm, moment magnifique si il en est. Voilà c'est la fin de notre troisième plongée et nous partons déjeuner avant d'attaquer notre dernière plongée du jour

Lieu : Sipadan - Turtle Cave

Profondeur Maxi : 22,4 m

Durée : 54 mn

Principaux poissons vus et fait marquant : Le nom de se spot provient des grottes ou des tortues de perdent et meurent, les grottes sont dons remplies d'ossement de tortue. Étant claustrophobe je ne rentre pas dans les grottes. J'en profite pour admirer les poissons qui tournent autour de moi. Puis nous découvrons plusieurs tortues, des requins de récifs. Et pour finir une énorme banc de jack fish noius attends pour clôturer la sortie, avec 3 autres plongeurs nous allons dans le banc de jack fish et nous retrouvons au centre. De partons ou porte notre regard nous sommes entourés de jack fish qui forment un tube autour de nous. Encore un moment exceptionnel.

Pour finir la réputation de Sipadan n'est absolument pas usurpée. Tous les prochaines plongées risque d'être fade pendant un moment, avec que le souvenir s'estompe et qui j'y retourne plonger avec ma fille

24
août

Rien à dire de spécial sur Kuala Lumpur, hormis que c'est une ville cosmopolite ou tout le monde se mélange, indien, malais, chinois ......

Petite anecdote de Charlène, en arrivant à notre hôtel elle voit une musulmane entièrement voilée, on aperçoit que ses yeux, forcement la question fuse, "elle est habillée bizarrement la dame" on lui explique le pourquoi du comment et voici la réponse de Charlène : "Elle ressemble à Batman" .......

Et le mardi je me suis amusé à faire un petit footing de 5 km dans le parc des tours Pétronas.

Sinon il y a des énormes centres commerciaux avec des magasins de luxe, on se demande comment les malais font pour se payer tout ça .... mais bon il n'y a pas énormément de monde dans les magasins, mais dans le centre ça grouille

Sans plus attendre les photos