Naples Le 15 Août 2012

Nous repartons de Key West pour remonter vers Orlando et nous ferons une étape de deux jours à Naples, jolie ville sur le golfe du Mexique. Le trajet est ennuyeux à mourrir, je suis obligé de faire deux haltes siestes sentant l’endormissement arrivée, les routes sont deux monotones des grandes lignes droites à perte de vue et de temps en temps un feu rouge, comme nous traversons les Everglades il n’y a pratiquement aucune habitation.

 

Après plusieurs heures de route nous prenons possession de notre chambre d’hôtel dans un « comfort inn » à la périphérie de la ville, pas de promotion trouvé pour un hôtel à Naples donc on prend un hôtel de milieu de gamme.

Nous avions décidé d’aller visiter ce qui est décrit dans tous les guides comme la merveille des parcs de Floride, mais grosse décèption il est fermé pour travaux. Nous repartons vers l’hôtel pour profiter de la piscine, un orage nous en chassera deux heures plus tard. Charlène suite à la lecture du routard décide d’aller « The Piers » pour admirer les pêcheurs et le coucher de soleil.

Le trajet pour y aller me permet de découvrir Naples une ville vraiment très jolie, mais très rupin, le fric transpire de partout ici, nous passons devant des résidences fermées avec gardien toute plus belles les unes que les autres. Autant j’ai été déçu par Key West autant Naples m’emballe et l’arrivée sur la plage est grandiose, une plage de sable blanc donnant sur le golfe du Mexique à perte de vue, avec des maisons donnant directement sur la plage. Nous remontons le ponton, Charlène est fascinée par les pécheurs et les oiseaux (mouettes et cormorans) qui s’ont entrain de se nourrir en effet en dessous de nous des bancs de petits poissons sont à fleur d’eau. C’est un ballet incessant de Cormoran plongeant la tête dans l’eau et de mouette attrapant des poissons. Les pécheurs ne sont pas en reste pour attraper les poissons et malheureusement de temps en temps une mouette ou un cormoran prend l’hameçon dans les plumes, il faut donc le remonter et lui enlever l’hameçon pas facile avec l’oiseau qui se tortille dans tous les sens.

Nous finissons par partir, nous reviendrons demain soir pour se baigner et admirer une nouveau coucher de soleil.

Mots-clés: